Lanh My A, soie à Tan Chau

“Quelle est la butte aussi haute que la butte de Monsieur Ket

Quelle est la soie aussi belle que la soie de Tan Chau?”

(Dốc nào cao bằng dốc ông KétMặc-nưa-1

Lụa nào đẹp bằng lụa Tân Châu?”

Le village de Tan Chau, situé dans la province de An Giang, près de la frontière avec le Cambode était connu pour le tissage de la soie Lanh My A. D’autresfois, les femmes portaient des vêtements en soie uniquement pendant les grandes fêtes et c’était souvent chez les familles aisées. Quand les Francais s’installent dans la Cochinchine, ils ont choisi Tan Chau pour

fabriquer Lua My Ade la soie pour la richesse de sa terre où il y a eu des champs de mûriers qui favorise la sériciculture (l’élevage du verre à soie). Les villageois font de la soierie et du tissage des tissus de 0.4 m, appelé Cẩm Tự. 

Ils font du colorage naturel par la plante de Mặc Nưa dont le nom scientifique est Diospyros mollis Grill.

La plante donne une couleur noir très fort et résistant, un des caractères spécifiques de la soie Lanh My A ao dai

de Lanh My A. Après avoir récolté, les fruits de Mac Nua sont broyés avec de l’eau pour se transformer en liquide noire. La soie passe ensuite dans les grands récipients de la liquide de Mac Nua. Les artisans font séchés la soie sous le soleil et la replongent encore dans la liquide de Mac Nua. Ce cycle est réitéré pendant 45 jours.

La soie colorée passe en deuxième étape : replonger dans l’eau pour rafraichir la soie avant de passer en étape de frappage. La soie sera frappée par un instrument en bois, appelé “Dùi” en vietnamien. La dernière étape sera le passage en couche de l’huile à base du coco, “dầu dừa”.